Je suis dans Bifrost ! (enfin)

Bonjour à tous et à toutes,

Aujourd’hui je vous fais un petit article pour vous partager une grande nouvelle : un de mes textes va paraitre dans le magazine Bifrost N°107 des éditions le Belial !!!

Avoir une de mes nouvelles dans Bifrost, c’était un peu mon sommet du Mont Blanc d’écrivaine (un UHL, c’est l’Everest). Depuis que j’ai commencé à écrire des récits de science-fiction en format court c’est la question qu’on me posait le plus souvent « vas-tu tenter Bifrost ? », « Tu sais, il y a le magazine Bifrost », « Tu penses avoir le niveau pour le Bifrost ? », « Tu devrais lire Bifrost ». Mais aussi souvent j’ai entendu « Bifrost, c’est la crème de la crème », « Bifrost c’est pour la hard-SF », « C’est très dur d’être dans Bifrost ». D’où le fait que j’ai vite eu l’impression d’avoir devant moi une montagne à gravir.

Je sais qu’en parallèle les éditeurs et éditrices du Belial m’invitaient à leur envoyer quelque chose, à écrire, à tenter, à me lâcher un peu pour proposer un texte sans me brider.

Et c’est ce que j’ai fait.

La nouvelle qui paraitra cet été s’appelle Encore cinq ans. L’écriture de ce texte a été toute une aventure. Je l’ai commencé en juillet 2021, alors que j’avais un autre texte sur le feu avec une deadline serrée, mais j’avais eu l’idée en un éclair et il fallait que je la pose là maintenant tout de suite. Le reste a coulé de mes doigts. Je n’ai jamais écrit une nouvelle en étant autant dans le flow (enfin si probablement mais pour celle-ci c’était assez impressionnant). J’ai donc écrit 60k sec (le maximum pour une de mes nouvelles) en 3 séances de travail (ça correspond à 3 soirs, de 21h15 quand les enfants sont couchés et que j’ai tout rangé/nettoyé, jusqu’à minuit quand je m’écroule). Je l’ai envoyée à deux beta lecteurs. Je destinais le texte au Bifrost déjà et il fallait qu’il soit parfait. Mes beta lecteurs (qui se reconnaitront 😉 m’ont fait leur retour tout en nuances et mesures. « Tue 1 milliard de personnes de plus », « ces 2 pages ne servent à rien », « tu n’as pas un plus gros plot twist ? ». Après quelques modifications, j’envoyais au Belial tout début septembre. Je ne dévoilerai pas le travail éditorial qui s’ensuivit, et qui fut passionnant pour moi dans mon apprentissage constant d’écriture.

Je ferai juste la réflexion que c’est drôle comment certains textes sortent d’un seul tenant, coulent de mon cerveau à mes doigts et à l’écran, puis je les retravaille ensuite, phrase par phrase, comme un diamant qu’on taille. Alors que d’autres sont une torture à écrire, où j’ai l’impression d’arracher les mots au forceps pour donner forme et sens au récit. Puis ensuite, après du repos, le tout s’apaise, s’adoucit, prend des courbes plus naturelles, comme des touches de peinture qui finissent par se fondre ensemble là où elles se touchent. Je me demanderai toujours si les deux façons de mettre au monde un texte se sentent à la lecture.

Autre petite anecdote autour de ma nouvelle Encore cinq ans que vous pourrez découvrir cet été (un an presque jour pour jour après le début de l’écriture 🙂 ) : elle sera illustrée par Nicolas Fructus ! Or il se trouve qu’en mars 2018, lors de mon premier salon du livre de Paris, j’avais un stand indépendant, et quand ce n’était plus mon créneau de dédicace, je me tenais devant dans l’allée. A un moment j’étais partie musarder devant le stand voisin… celui du Belial (ils avaient des bonbons). Et j’avais papoté avec Nicolas Fructus et Erwann, l’éditeur. (Papoter n’est pas le mot adéquate : disons que toute stressée de ce premier salon j’ai pas arrêté de jacasser et ils ont eu le courage (et la patience) de m’écouter, là où d’autres auraient abandonné (après ils étaient coincés derrière leur stand, ils ne pouvaient pas s’échapper…). Bref j’avais adoré les illustrations du livre la Quête Onirique de Vellitt Boe de Kij Johnson, que j’ai acheté, et dans lequel j’avais eu un super dessin de Nicolas Fructus. Donc une boucle est donc bouclée 🙂

Voilà c’était la petite histoire que je voulais vous raconter derrière cette parution dans le Bifrost. Vous pouvez retrouver la couverture et le sommaire par ici : https://forums.belial.fr/viewtopic.php?f=5&t=10132 Il y aura notamment une nouvelle de Ken Liu (je vous parlerai de mon amour pour Ken Liu une autre fois) et Ray Nayler (un amour naissant de cette année). Je suis aussi ravie d’être de nouveau avec Ketty Steward : nous étions ensemble dans les anthologies Par Delà l’Horizon et Nos futurs solidaires aux éditions ActuSF sorties respectivement en octobre 2021 et avril 2022.

A bientôt et bonne lecture

3 réflexions sur “Je suis dans Bifrost ! (enfin)

  1. Je ne participe que peu sur ce blog, mais je vous suis depuis la lecture de Ellipses. Vous êtes incroyablement douée, une vraie bouffée d’oxygène dans la SF française. Ken Liu va être fier de partager ce Bifrost avec vous !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.