Ma chronique du roman Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton

Bonjour à tous

Aujourd’hui je vous livre ma chronique du roman de fantasy Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton.

 

Résumé :

Dans le royaume d’Ombre, les femmes qui possèdent le don sont persécutées par le Clos, ordre religieux patriarcal qui voit en elles une menace. C’est dans la cité devenue légendaire de Sav-Loar, protégée par une série de sorts et d’illusions au cœur de la forêt des Songes, que se réfugient ces femmes depuis des décennies. Lorsqu’à l’adolescence, Bleue découvre ses puissants pouvoirs, elle s’allie à un groupe d’esclaves pourchassés par des hommes du Clos pour rejoindre la ville des magiciennes bannies. Au cours de ce périple dangereux, elle croisera Fèl, une beauté manipulatrice et éprise de liberté, et Til’Enarion, un redoutable membre du Clos qui traque les jeunes magiciennes pour les éliminer… Les prémices d’une guerre impitoyable se profilent entre les magiciennes et le Clos. De quel côté se rangeront Bleue, Fèl, Til’Enarion et leurs compagnons dans ce conflit ? Un mythe pourra-t-il renverser l’ordre établi ?

Leur seul espoir : rejoindre Sav-Loar, la ville des magiciennes, dissimulée au cœur du royaume d’Ombre !

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce roman, tout d’abord pour les personnages nombreux, mais aussi très approfondis. Ils ont tous une personnalité propre qui tient souvent à un passé particulier, enfance difficile ou traumatisme, et l’autrice décrit merveilleusement bien ces ombres du passé qui viennent hanter le présent et influent sur leur choix. Les rapports entre les personnages sont ainsi très riches, car il s’agit avant tout de solitudes ou de vision du monde qui s’entrechoquent. J’ai particulièrement aimé le personnage de Fel et sa relation avec Bleue.

L’autre point fort de ce roman est les idées féministes autour du pouvoir des femmes. Ces idées sont variées et représentent la diversité des débats (même dans notre monde). Les magiciennes ont la même magie que les hommes, celle de manipuler les objets en changeant leurs ombres. Mais elles possèdent aussi le pouvoir des illusions qu’elles ne peuvent utiliser que si elles sont enceintes (et si elles l’utilisent trop, elles provoquent une fausse couche). Ce pouvoir au début est considéré par les hommes comme un passe-temps de bonnes femmes, comme le tricot, mais un événement leur fait prendre conscience de la puissance de ce type de magie qui fait finalement peur aux magiciens.

Le combat entre magiciens et magicienne dure donc depuis des siècles et l’auteur décrit bien la multitudes d’opinions et de positions politiques : la haine pure, la fascination pour un pouvoir qu’on ne comprend pas, le désir de cohabitation, de dialogue en oubliant les erreurs du passé, la nécessité pour certaines magiciennes d’avoir des garçons pour les élever dans la tolérance et l’idée d’égalité alors que d’autres, après des siècles d’oppression, ne peuvent voir les jeunes hommes que comme des ennemis en puissance. Il y a aussi la question de la sexualité des femmes, de l’arme qu’elles peuvent en faire, de la maternité, du viol, du pardon. Bref c’est très riche et ça fait écho à beaucoup de situation qu’on connait au quotidien.

Mais…

Certaines petites choses m’ont un peu déçue. Le système de magie déjà qui est sympa, mais avec lequel l’autrice ne joue pas beaucoup. On a un peu de démo, mais pas d’application transcendante dans les combats de l’intrigue.

Certaines tensions géopolitiques sont mentionnées au début du roman et donc je m’attendais à en apprendre plus, mais le sujet est évacué rapidement

Et enfin à la fin du roman une flopée de personnages débarquent pour quelques chapitres. Il s’agit des personnages du roman « L’héritage des rois passeurs » se situant dans le même monde (plus ou moins), mais avant. On m’avait dit que les illusions de Sav Loar pouvait se lire indépendamment et je confirme que c’est le cas, mais pendant plusieurs chapitres les descriptions des nouveaux personnages et les suggestions de leurs liens les uns avec les autres m’ont donné l’impression de repartir sur un autre livre et ça m’a un peu fait sortir de ma lecture. C’est comme si vous étiez à un dîner avec des amis et que soudainement arrive un autre groupe qui connait vos amis et ils se mettent à leur parler d’autres activités qu’ils ont faites ensemble par le passé. La conversation n’est pas inintéressante, mais vous ne vous sentez pas concerné et il vous tarde de reprendre le fil de votre discussion à vous avec vos potes. Et bien c’est un peu le sentiment que j’ai eu.

 

En conclusion, les illusions de Sav Loar est un roman que je recommande chaleureusement si vous voulez des personnages très creusés et attachants, des réflexions/intrigues qui font écho aux débats de l’égalité femme-homme dans notre société, le tout servi par une très belle plume et un vrai sens du rythme.

Pour vous procurer le roman c’est par ICI

2 réflexions sur “Ma chronique du roman Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton

  1. Autant j’avais aimé L’héritage des Rois-passeurs, autant celui-ci m’a complètement perdu. C’est vrai que les personnages du premier débarque d’un coup ; le lien est trop appuyé pour ne pas sembler forcé !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.