Mon retour sur le Salon du Livre de Paris

Bonjour à tous,

Comme vous le savez j’étais au Salon du Livre de Paris 2018 qui se déroulait du 16 au 19 mars Porte de Versailles. J’ai eu la chance de dédicacer mon roman Noosphère mais aussi de faire un peu le salon en tant que visiteuse.

Je vous fais donc un petit retour.

 

Mon stand

L’équipe et le stand

Tout a commencé en septembre 2017 environ avec une auteur auto-éditée, Sylvie Noël, qui a décidé de se renseigner sur la possiblité pour des auto-édités (donc qui ne passent pas par une maison d’édition) d’y tenir un stand. Les organisateurs Reed Expo accepte mais le coût reste élevé : elle fait donc appel à 19 autres auteurs pour partager les frais et nous nous groupons sous la bannière Indylicious. Ainsi nait le stand R32 des auto-édités 🙂

Le QR code à flasher pour télécharger notre anthologie

Afin de préparer notre venue et d’attirer les foules sur notre stand nous avons préparé une anthologie ! Avec des nouvelles inédites ou non, des extraits de nos romans, etc. VOUS POUVEZ ENCORE LA TELECHARGER GRATUITEMENT en flashant ce QR code (automatique avec un iphone sinon il vous faut une appli)

 

Tentative de selfie avec les autres auteurs

 

Ma vision du Salon

Honnêtement le salon bat son plein pendant les 3 jours (le 4ème étant pour les professionnels du livre) mais je n’ai pu être présente que le vendredi et le samedi. Je n’ai donc pas pu assister aux conférences, animations, et faire le tour de tous les stands. Il y en avait énormément. Outre les maisons d’édition, on pouvait trouver des stands immenses pour les régions, les ministères de la culture, de l’armée, de l’outre-mer. Certaines maisons d’édition de BD et de Mangas comme Glénat, Pika ou Dargaud avait des stands immenses qui ressemblaient à de petites boutiques. Il y avait aussi les stands des prestataires de services (correcteurs, imprimeurs), des universités qui proposent des masters de l’édition, des journaux (comme Libération, le Monde), des associations comme le MLF, et les géants comme Amazon dont les animations attiraient une foule d’auto-édités.

Cette année les auteurs russes étaient à l’honneur et j’ai pu entendre quelques minutes d’une conférence sur Soljenitsyne, à laquelle participait sa veuve Natalia. Étaient présents des supers stars de l’édition ou d’autres horizons : Bernard Werber, Amélie Nothomb, Cristina Cordula, Marina Carrère d’Encausse, Delphine de Vigan etc

Mes dédicaces

J’ai donc dédicacé mon roman Noosphère sur le stand pendant des séances de dédicaces mais aussi dans les allées quand ce n’était plus mon tour mais que mon roman attirait l’oeil du passant ou que des connaissances venaient pour me voir. Je dois encore remercier Charlotte et Bastien de l’agence Youbold pour la magnifique couverture qu’ils m’ont réalisé et qui attirent vraiment l’oeil du passant. J’ai aussi du perfectionner ma technique d’approche, à doser entre distribution de marque-page, présentation de l’auto-édition, proposition de l’anthologie gratuite, sourire, etc. Au final j’ai eu la chance de dédicacer mon roman à des chroniqueuses, des écrivains, des amis, des passants inconnus, une astronome, un fan de SF dont j’étais le 890ème roman dans sa bibliothèque … Voici quelques photos des dédicaces (évidemment je n’ai pas pris tout le monde)

 

Avec Kurt Plisken, n’hésitez pas à jeter un oeil à sa chaîne Youtube sur la SF

 

Les dédicaces sont parfois un peu sportives quand on manque de place 🙂

 

Nathalie et Christian, mes anciens compagnons de scène, qui sont passés me voir

Mes camarades auteurs

J’en profite pour faire un peu de pub pour les copains : nous étions des auteurs de tous horizons, de tous âges et de tous genres littéraires. Nous avons pu échanger sur le métier d’écrivain, l’auto-édition, ce qu’on pensait d’Amazon, de BoD et des autres plateformes d’édition, de nos inspirations et projets. J’ai vraiment fait de superbes rencontres avec des auteurs bienveillants, ouverts et créatifs. Nous avons beaucoup ri, parfois pour alléger notre trac, souvent parce que nous étions juste hilarants. J’ai vraiment réalisé à quel point il y a une communauté des auteurs auto-édités qui s’entraident (et pas seulement pour écrire des dédicaces sur le dos l’un de l’autre 🙂 ) et qui se retrouvent régulièrement sur les réseaux et les salons. Je l’ai beaucoup vu au moment du speed-dating Amazon : ceux qui y participaient ont vraiment trouvé du soutien chez ceux qui l’avaient déjà fait. Des auteurs qui n’étaient pas sur le stand venaient nous voir et j’allais saluer des écrivains que je ne connaissais que virtuellement et qui m’accueillaient avec le sourire. 

Lisons de l’auto-édition (avec de la dystopie, du roman contemporain, et de l’enquête de famille)

Mes petites folies

Et puis je suis auteur mais aussi lectrice et donc j’avoue que je me suis fait plaisir aussi de mon côté et je suis repartie avec pas mal de livres (heureusement moins que ceux que j’ai vendus et dédicacés 🙂 )

Aux Editions L’Atalante qui avaient leur stand juste derrière nous, Dmitry Glukhovsky m’a dédicacé Metro 2034, suite de Metro 2033, pour lequel il m’a confirmé que je n’aurai jamais dû le lire la nuit pendant un orage tellement il fait peur. J’avais révisé quelques phrases de russes seulement pour découvrir qu’il parle très bien français …

 

Toujours chez L’Atalante, avec Régis Goddyn, l’auteur du Sang des 7 Rois, une saga qui a l’air épique !

 

 

 

Laurent Genefort m’a dédicacé son roman de SF Lum’en aux éditions Le Bélial. Il m’a posé des questions sur mon roman et je lui ai offert un marque-page. Vu qu’il est édité dans 4 maisons d’éditions, j’aurai dû lui offrir mon livre directement mais trop émue j’ai complètement zappé (on essaiera de faire mieux la prochaine fois)

 

 

Toujours aux éditions du Bélial, j’ai eu une dédicace de Nicolas Fructus, illustrateur du roman La Quête Onirique de Vellitt Boe de l’auteur américaine Kij Johnson. J’avais lu une chronique de ce roman qui disait qu’en plus d’être excellent, il était un des seuls romans de SF dont l’héroïne est … une femme … de plus de 50 ans ! Pour soutenir ce genre d’audace littéraire je l’ai acheté, et j’ai eu en bonus un magnifique dessin. Je voulais faire une mention spéciale pour Nicolas Fructus, l’illustrateur, dont la table était juste à côté du mur de notre stand et vers laquelle je me décalais quand il y avait trop de monde chez nous. Il a donc supporté pendant 2 jours mon babillage incessant, mes commentaires sur à peu près tout ce qu’il se passait autour de moi, les descriptions imagées de mes états d’âme pendant le salon, ma distribution frénétique de marque-pages … Même certaines personnes de ma famille auraient abandonné là où il tenait encore 🙂  Nous avons aussi parlé de SF, de Poul Anderson, de Lovecraft et des Imaginales. Un grand merci aussi au responsable du stand du Belial, dont je n’ai pas le nom, et qui était très sympathique.

Le dessin de Nicolas Fructus, réalisé en quelques minutes

Mon moment de gloire ultime

Si vous regardez bien, Damasio a mon roman Noosphère sur la table juste devant lui (je vais faire encadrer cette photo !)

Et donc puisque je vivais déjà deux jours de folies, j’ai eu l’apothéose de mon salon lors de la journée de samedi.

Vous ne devinerez jamais ce qui m’est arrivé !!!! Un moment magique … wait for it … j’ai dédicacé mon roman à Alain Damasio !

Et si ! Je suis allée lui faire dédicacer La Zone du Dehors et devant sa simplicité et sa gentillesse je lui ai demandé si je pouvais pousser ma chance avec lui et lui offrir mon roman. Il a dit « oui bien sûr » et j’ai donné Noosphère tout en lui faisant le synopsis. Je défaillais déjà à moitié et ma voix tremblotait. Et il m’a alors donné le coup de grâce en me demandant « il y a ton email dedans pour que je te dise ce que j’en ai pensé? ». Je ne respirais plus. J’ai bafouillé « non mais je peux le mettre » et il m’a alors tendu son stylo pour que je le note. J’ai griffonné « Quel honneur ! » puis j’ai signé et mis mon email, tout en me tournant vers les autres lecteurs qui attendaient leur tour dans la file d’attente en leur disant « Vous vous rendez compte je dédicace MON livre A Alain Damasio », puis j’ai demandé à leur jeune femme derrière moi (Pauline, que je salue d’ailleurs) de me retenir si je tombais dans les pommes. Tout ce drama faisait bien rire Damasio et les employés de sa maison d’édition La Volte derrière lui.

 

Voilà pour mes 2 jours de Salon. Si je devais le refaire je changerai rien et je changerai tout. J’aurai aimé pouvoir plus assister aux conférences, discuter avec les auteurs et plus oser aller parler aux maisons d’édition. Niveau logistique de salon j’ai encore des choses à corriger, même si la couverture de Noosphère et les marque-pages font toujours un effet incroyable.

 

J’espère faire plus de salons du livre cette année et être présente de nouveau à Livre Paris l’année prochaine !

Un grand merci à tous ceux que j’ai croisé sur le salon et qui ont participé à en faire un moment inoubliable !   

Une réflexion sur “Mon retour sur le Salon du Livre de Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.